jeudi 4 août 2016

BD NEWS 04 - JEAN LECLERCQ



Ce texte est la version originale avant reliftage sauvage de mes vénérés rédac'chefs de BD NEWS.
Bd news est une gazette au ton décalé et comique incluse dans Fluide glacial.
Elle est dirigé par Cizo et Felder.

- - - -

Attention ! Révélation majeure, d'un artiste qui je pense, j'espère devrait devenir connu assez vite.



JEAN LECLERCQ

La ’S’ grand atelier est une association belge qui accueille les personnes mentalement déficientes. Elle fourni un cadre de création avec des bonne conditions de travail pour qu’ils puissent dessiner, peindre, sculpter, graver, sérigraphier et faire de la musique. Cet environnement a permis de faire éclore des talents singuliers comme Eric Dekenne ou Marcel Schmitz pour citer les plus connus. La ’S’ propose aussi de nombreuse résidences avec des artistes venus de l’extérieur. Elle organise un brassage de toutes les pratiques contemporaines et confronte ses résidents à l’art de notre époque dans ses aspects les plus divers. Ce qui a permis produire des collaborations remarquées entre ses artistes et des intervenants extérieurs : Photographe, Graphiste, dessinateur, auteur de bd,…

Si je décris ce cadre c’est qu’il me semble important de comprendre pourquoi un travail comme celui de Jean Leclercq peut être repéré ici, alors qu’il échappe à bon nombre de critères synonymes de qualité dans le monde de l’art. La culture est la bienveillance des gens qui dirige cet atelier sont des éléments essentiels qui permettent à une œuvre comme la sienne d’émerger.

Né en 1951 Jean Leclercq, commence à dessiner en 2003 et  fréquente la ’S’ de manière hebdomadaire depuis 2008. Régulièrement Il débarque avec un sac poubelle rempli d’images qu’il réalise chez lui. De grandes reproductions de case de bd exécutées approximativement mais avec un trait énergique. Il copie les cases de Tintin, Mickey, Bon et Bobette, Astérix, Blake et Mortimer, Michel Vaillant et beaucoup d’autres. Il se procure aux puces des albums qu’il va observer longtemps sans les lire. Non pas qu’il ne sache pas lire, mais c’est plutôt que les histoires contenu dans ses Bd ne l’intéresse plus, bien qu’il les ai lu dans son enfance. Il scrute l’album pour en extraire les cases qui lui plaisent. Il n’aime pas que ce soit trop dur à dessiner, il choisit des choses simple « Ça je sais faire !» dit-il. Il va les reproduire en grand, (A3 voir plus). Il les redessine sur des support qu’il a sous la main et comme il semble vouloir avant tout remplir  sa feuille en entier,  il transforme la composition si c’est nécessaire. La case devient plus large ou plus haute. Il va copier une case horizontale, sur un format verticale et va se rendre compte qu’il y a un large espace vide. Peu importe il va le combler avec de la couleur. Il n'hésite pas à distendre la case.
Il dessine souvent les bulles trop loin des personnages. Ces bulles mal placés créent des espaces vides étranges dans la composition. Son approche est à tâtons,  il trouve des solutions basiques au problème de composition qui se présente. Cette méthode de travail enfantine lui permet de créer de images ou les erreurs sont comme de partis pris bizarres. Ces maladresses donnent des compositions surprenantes. J’y vois des cases, de bd mutantes qui se libèrent de leur fonction narrative initiale. Ce coté bien pensé, bien structuré est remplacé par une vision poétique ou absurde de l’espace. Ce savoir faire est remplacé par un savoir mal faire.

Jean Leclercg est obsédé par ce robinet d’image qu’est la bande dessiné. Pour lui c’est une matière graphique omniprésente, importante qu’il ré-interprète à sa sauce. On pourrait y voir une version naïve du Pop art. C'est tentant mais trop inexact. Il ne cherche pas à produire des images iconiques. Je crois que c’est avant tout un rapport intime à cet art qui l’anime. Rapport intime que beaucoup d’entre nous connaissent bien. C’est ce qui nous touche dans son travail , et c’est beau de rafraîchir son propre regard sur la bd  à travers ce travail qui proposent en même temps un hommage sincère et une déconstruction comique de cet art.

Une exposition lui sera consacré à paris en octobre organise par le festival fanzine. Plus de news bien tôt.

lasgrandatelier.be

-

Grand merci à Erwin Dejasse pour son aide.

- - -











Jean Leclercq a beaucoup puisé dans l’album de Tintin en amérique. Voici quelques compositions particulièrement réussies.


















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire